Edgar MORIN, "... définit sa façon de penser comme « constructiviste » en précisant : « c’est-à-dire que je parle de la collaboration du monde extérieur et de notre esprit pour construire la réalité ». En Juillet 2021 il sera centenaire. Comme j'ai plaisir à le souligner sa liberté de pensée atteignit un sommet en 1989 lorsque face au chorus du Mur de Berlin, il rappela que cette victoire était aussi "un deuil pour l'humanité". Ce collage-hommage (^) le met-en-présence de Pierre SOULAGES.

Par association d'idée, cette forme de perspicacité était à l'oeuvre dans "La Lettre Volée" d'Edgar Allan POE. (collage ci-dessus). Rien de tel pour bien la dissimuler que de la mettre bien en évidence, là où nul n'imaginerait pouvoir la trouver.

Ainsi se présente pour nous l'apport stochastique de "la complexité" : Dédale et Icare auraient pu co-exister dans le labyrinthe (^), s'ils  avaient songé à retrouver "Le Fil D'Ariane" . La révolution française sut choisir son emblème et O'CORRAIN en fait autant même si l'Irlande, hélas, en bénéficia bien tardivement.

De PANDOR@ à MOEBI@

- PANDOR@ correspond à l'amont créatif et relationnel de 1977 à 2008, création de l'IRAE -

- MOEBI@ correspond à l'aval créatif et relationnel de 2008 à aujourdhui mais aussi, notoirement aux futures cristallisations de 2021 à 2023, dans un programme triennal qui sera engagé à RENNES 2.

Sur notre site nous avons réuni à votre intention les éléments qui attestent notre démarche horizontalo-verticale de partage: élaborer aussi bien, à partir du même processus créatif, des "transmorphing" que des posters.

Si l’initiateur du projet est bien O'CORRAIN le Président de l'Institut de Recherche Appliquée à l'écosophie, IRAE, c’est le collectif de cette association qui recherche solidairement des moyens pour une mission de « spectacle reviviscent », installations où la synergie entre l’artiste, son environnement scénique et son public s(er)ont optimisés. Notre principal fondement conceptuel, nous le répétons tous et souvent, est emprunté à Edgar MORIN lorsqu’il met en miroir « l’Imaginaire de la vie réelle » avec « la réalité de la vie imaginaire ». Nous pouvons dire que non seulement nous revendiquons ce "continuum" mais que nous l'habitons tout comme il nous habite.

Patrick CURRAN dit O’CORRAIN (^) Président de  l’IRAE

Les nouvelles compositions (généralement maintenues avec leurs calques en réserve) peuvent ainsi être recombinées pour optimiser les relations avec la musique . Des posters en sont également dérivés et contribuent à un espace d’exposition ajustable à la salle. Pour cet assemblage méta-sémiotiquement complexe nous re-explorons à l'occasion le potentiel inépuisable du «MODULOR» (^), appliquable aussi bien aux architectures spatiales que temporelles (le cheminement chronologique).

 

Masquages et maquillages riment ensemble, jusqu’au camouflage corporel de tout ou partie de son identité. Pratiquées avec art ces transformations adviennent révélatrices. Ce n’est pas sans raisons manifestes que l’ Art street combine depuis ses origines les masques filtrants et les bombes de peinture. L’expressivité (discrète ou affirmée) des maquillages fait depuis longtemps partie de la séduction féminine (^) . Nous restons sous le choc de la Pandémie du Covid et nous n’avons pas encore réinvesti créativement les masques comme dans le carnaval de Venise, où l’on bravait les interdits et où « Eros et Thanatos » dansaient ensemble .

A gauche de l'écran (^) ce casque colonial doté d'une ventilation et de capteurs solaires pourrait être doté d'une visière... Nous n'avons pas su investir suffisamment notre libération de la morbidité des casques par un Carnaval de Venise permanent ! Et  comment protéger cette petite EVE enjolée aujourd'hui par le  serpent tricéphale : "Big Data <> Big Farma <> Big Finance" ?...

Significativement notre logo fait évoluer l’Arobase vers l’Anarobase (^) , équilibrant analogique et numérique.

 

2-ART(S) ECOSOPHIQUE(S)

 

Jean Jacques LEMETRE date depuis longtemps ses lettres du Monde, celle Planète polychrone et polytonale où sont les sources, les affluents et les embouchures de son art. "Que m'importe ce qui n'importe qu'à moi"; ce critère emprunté à "Antimémoires" d'André MALRAUX, caractérise bien l'art non-anecdotique, l'art dans la vie, co-inscrit pour autrui. Dans cette perpective le musicien est, avant tout, celui qui sait se faire entendre par delà les langues et les différences, parce qu'il est respectueux et attentif. Les quatre horizons colorent diversement les peaux, les yeux et les cheveux, laissant l'homme unifié par le sang, propre à toutes les transfusions comme aux plus beaux métissages. Il ne s'agit surtout pas de nier ces altérités, de récuser ces variances qui font la spécificité de l'homme, mais de fonder la solidarité à sa source planétaire, avec nos sens comme nos ressources en partage inégal. Jean Jacques m'a permis d'écouter, assez longtemps pour qu'elle agisse sur moi, une musique renouvellée de l'intérieur comme de l'extérieur par sa présence au Monde. Et présentement, comme vous le verrez  bientôt, nous revisitons autrement, B@BEL, en remontant le long de son puits... Praime BENJAMIN est en train de modeliser une architecture spiralée et graduée, supportant des jardins néo-babyloniens. (à suivre...)

En référence moebiale à la réalisation, en amont, de "Pan Door's", nous avons décidé de baptiser ce projet  triennal  PANDOR@ & MOEBI@.

 

Pour cette raison les « métissages » culturels nous intéressent, et nos illustrations sonores l’attestent. Jean-Jacques LEMETRE a ainsi approché dans ses recherches ethnomusicales les sources de la « Glossolalie ». Elias GARZON nous en offre un exemple tout récent, dans l'approche de l'oeuvre transculturelle de son père. Nous avons d'ailleurs consacré une page à son projet ALTER-NATIV-EGO qui fera notamment émerger des "sculptures augmentées".

L’évolution des espèces est regardée aujourd’hui sous un angle dynamique, néo-darwinien et cette prospective nous fit initialement penser à la saga des « X MEN » qui , pour aborder divers aspects de la condition humaine, a choisi d'étendre le registre des métamorphoses au-delà des variances de notre espèce, jusqu'aux mutations. Dans cette intention, sur un corpus de Science-fiction en constante évolution, nous soulignons ce qui répare, rapproche, altère transitoirement ou détruit durablement un équilibre entre l’individu, le groupe sociétal, son environnement culturel et naturel. Dans ce genre (S.F.) nous nous efforçons, lors de ciné-débats, d’expliciter davantage le sens et la finalité de ces productions de l’imaginaire, à base de transpositions. Ainsi nous avons rendu hommage aux "hybrides de MATTHEW GRABELSKY.

Nous disposons en Touraine, près d'Amboise, d'un lieu expérimental (^) intitulé " Caméra Obscura". La proximité (attractive) du Grand Aquarium de Lussault-Sur-Loire permet d'envisager des interactions spectaculaires. Mais la pandémie a retardé d'une saison au moins son ouverture au public...

 

ESPACE-TEMPS DES COMPOSITIONS

« (2+2) égalent spatialement 3, puis 4 temporellement »

 

Ma production artistique s’est réalisée au long cours et commença par la photographie, analogique puis numérique, le multimédia puis les hypermédias, mais je tiens tout particulièrement à signaler une singularité qui vaut désormais signature. Jusqu’en 2016 je réalisais des compositions de collages numériques sur des posters A2, A1 et A0. D’autre part mes premières créations pour le « transmorphing » , depuis 2005 étaient au standard 16 X 9 ème.

En Avril 2017 je me suis rendu au Musée du Patrimoine et de l’Architecture (Trocadéro de Paris) et y ai réalisé des prises de vues stéréo. En les retravaillant leur échelle architecturale m’a alors spontanément attiré vers une inscription panoramique de nouvelles compositions si conformes à mes intentions sous-jacentes, que je n’ai pas pu (ni d’ailleurs envisagé) un retour en arrière. Il y a alors eu refonte irréversible de tout ce que j’avais réalisé auparavant vers ce nouveau format, au terme d’un processus quadriennal d’aimantation de ces archives, soumises à "cristallisation".(Définition ci-dessous)

« Ce que j’appelle Cristallisation , c’est l’opération de l’esprit qui tire de tout ce qui se présente, la découverte que l’objet aimé a de nouvelles perfections » A.S.COHEN .

SCEN@RT

 

L'Institut de Recherche Appliquée à l'écosophie, IRAE, mobilisa avant la pandémie le collectif (ci-dessous) pour une mission de « spectacle reviviscent ». Lorsque les activités artistiques pourront reprendre librement nous réaliserons ensemble des installations où la synergie entre l’artiste, son environnement scénique et son public s(er)ont optimisés:

1. Sobhan AHANI, expert en Eco-architecturologie,

2.Praime BENJAMIN, Architecte : modèlisation 3D,

3. Patrick CURRAN dit O’CORRAIN, Coordinateur "EVEILS chemin faisant",

4. Elias GARZON Chef du projet "Alter Nativ Ego",

5. Clémence IZARN, Répondante de la Psychopédagogie,

6. Jean-Marie LANEELLE, Spécialiste de L'Ikebana

7.Jean-Jacques LEMETRE, Ethnomusicien et compositeur de B@BEL

8. François PAUPERT, Cyber-informaticien, veille technologique,

9.Thierry PUJALTE, Artiste en appui sur le 3D.

10. Jean-Jacques SEROUL, Répondant de l’Art-Thérapie,

11. Joseph TIENTCHEU, Répondant de la Métatechnologie,

12. VI-IV répondant de l’Ingénierie créative du Son.

 

Pour atteindre cet objectif du projet SCEN@RT nous comptons expérimenter sur des espaces compatibles.

Se substituant aux régies traditionnelles, la fine orchestration des décors (rétro)projetés et des interacteurs (musiciens, danseurs, comédiens) intégrera la précision des « topo-projections » que l’on voit aujourd’hui à l’œuvre aussi bien dans les carrières des Baux de Provence qu’à l’ « Atelier des Lumières ».

Il reste une trace de cette époque féconde dans notre ancien site apyramide.org. <> Cliquez !

Un couple d'images stéréoscopiques peut être vu directement en relief en "louchant" , ce qui croise les actes optiques. On peut également, plus confortablement, utiliser des casques 3D ou encore recourir à l’autostéréorelief, innovation brillamment aboutie par Pierre ALLIO (ci-dessous) que Patrick CURRAN fréquenta au cours de sa recherche-appliquée à UP8. "ALIOSCOPY est lauréate en juillet 2014 du Concours Mondial d'Innovation, initié par la Commission "Innovation 2030". Alioscopy a également été désignée comme Champion National pour la France aux European Business Awards 2016/2017. En décembre 2016, Pierre Allio, président fondateur, s'est également vu attribuer à Liège le Prix Lumière du prestigieux European 3D Stereography Award, décerné par l'Advanced Imaging Society, pour sa contribution historique à l'auto-stereoscopie depuis 1986." 

A la MSH PARIS NORD notre unité de recherche ERGOLAB mutualisa durant plusieurs années une prospective alliant la psycho-pédagogie et l'art numérique avec les architectes (notamment Jean MAGERAND (Pr) et Elisabeth MORTAMAIS (Dr) qui co-encadraient ces groupes d'étudiant(e)s). Parmi eux nous avons continué d'accompagner jusqu'à sa thèse à Madrid l'évolution remarquable d' Angela RUIZ PLAZA.

Anis BOUALI (Dr) ouvrait à cette époque  sur la "métatechnologie" en synergie avec la "métasémiotique" de Joseph TIENTCHEU (Dr). L’intégration des données sous « Hypercube » fut réalisée par Sang HA SUH (Dr) tandis que l’inscription sphérique, technologique comme esthétique, était maîtrisée par Paul BISSON (Dr) et nous n'excluons pas d'y revenir à l'occasion de la SAT FEST.(Monique SAVOIE) Je rencontrai à cette époque Philippe JAULMES (^) , inventeur du Panrama à Montpellier, ainsi que Hans Walter MÜLLER (^) dont les dômes gonflables permettent la mobilité d'écrans sphériques. Ainsi pour 2021 nous envisageons de candidater, avec notre projet expérimental (sous une forme adaptée aux dômes) à la SAT FEST : https://sat.qc.ca/fr/evenements/sat-fest-2020. Il se pourrait fort que François PAUPERT nous réserve de bonnes surprises, avec les fruits de sa recherche prospective (mais c'est encore un secret...)

Bénéficiant d'un recul suffisant comme d'une prospective, nous avons décidé, en Janvier 2021, de co-réaliser progressivement un document transversal, qui relie ces approches complémentaires, facilitées par plusieurs années d'échanges (séminaires et ateliers). 

 

Nos principaux collègues et amis référents s(er)ont Ali Ait ABDELMALEK (Pr) pour la sociologie à Rennes (GERP), Guy CHAPOUILLE (Pr) pour l'Audiovisuel à Toulouse (ESA) et Jean-Jacques LEMETRE pour l'ethnomusique post babelienne, souvent scénographiée par lui dans l'Espace musical du Théâtre du Soleil (Dir. Ariane MNOUCHKINE).

Le 31 Décembre 2019 Joseph TIENTCHEU  a fait cette proposition ambitieuse d'un programme qui " se base exclusivement sur la simulation et la technologie Open Source, en dépassant largement ces deux axes. Nous sommes alors situés dans un type de métasémiotique qui trouve sa réalisation dans la métatechnologie, (briques technologiques Open Source, sous Python) (...) Les principales étapes de notre voyage, nous amèneront à parler du machine learning, de l’apprentissage profond, de l’apprentissage automatique pour le traitement des images et du traitement du langage naturel ou Natural Processing Language, NLP en anglais. ".

Les zélateurs du « tout-numérique », porteurs de l’effet-mode, n’ont pas grand scrupule à torturer la sémantique et il serait vain, sauf si on commençait à le faire dès l’école de démêler ce franglais technologique :

-  La réalité virtuelle est un total abus de langage. Le virtuel rend crédible tout et n’importe quoi jusqu’à des effets addictifs et aliénants de grande amplitude. La simulation a dailleurs cette ambivalence sémantique. •

- La réalité augmentée advient en fait une virtualité augmentée puisque, après quelques tâtonnements prometteurs comme le MOVERIO 300 ce sont des capteurs (^) qui mixent l’environnement au virtuel dans les dispositifs émergents comme VIVE (^).

- La réalité mixte  a vocation de pousser plus loin, jusqu’à l’hyperréalisme, les interactions de la virtualité augmentée. Cette option encore minoritaire mérite d'être encouragée. (à gauche prototype MAGIC LEAP (^)

Ces précisions et préférences écologiques étant posées, nous pensons que l'intégration ergonomique de ces avancées mérite d'être faite, notamment grâce à l'émergence du langage UNITY 3D (^) qui permet de les féderer en mode "open source".